Le Rôle Plaît

Le forum de la guilde Le Rôle Plaît sur World of Warcraft, serveur Kirin Tor
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Glyn

Aller en bas 
AuteurMessage
Glyn
Péon fénéant
Péon fénéant
Glyn

Messages : 20
Date d'inscription : 18/11/2007

MessageSujet: Glyn   Lun 19 Nov - 0:46

Je remet ici le début du BackGround que j'ai commençé chez les Fils, si vous avez des conseils où ce genre de chose n'hésitez pas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glyn
Péon fénéant
Péon fénéant
Glyn

Messages : 20
Date d'inscription : 18/11/2007

MessageSujet: Re: Glyn   Lun 19 Nov - 0:47

Chapitre 1 : Introduction

Le Réprouvé, seul dans le renfoncement en pierre qui lui servait de bâtisse, saisit une plume et un petite carnet à la reliure or et rouge. Cette reliure, il la regarda vaguement pendant un instant, tant elle éveillait en lui de souvenirs. Il faisait froid, cette nuit là... C'est ce qu'on lui avait dit, il ne pouvait même plus sentir le vent sur son visage.

Trempant la plume dans du sang conservé de chauve - souris, il commença a écrire d'une manière fine, comme on le lui avait appris, de son vivant : C'est ainsi qu'il commença le journal qui lui sert aujourd'hui de trace, de témoignage de sa vie , avant que ses souvenirs déjà flous ne s'estompent totalement par sa mort, et pour qu'il ne finisse pas comme ceux d'entre les siens qui ne savent même plus a quel peuple ils appartenaient de leur vivant


Dernière édition par le Lun 26 Nov - 16:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glyn
Péon fénéant
Péon fénéant
Glyn

Messages : 20
Date d'inscription : 18/11/2007

MessageSujet: Re: Glyn   Lun 19 Nov - 0:47

Chapitre 2 : Les Plaisirs de la vie de vivant


En ce temps là, je vivais heureux. Très heureux, même. Après tout, j'avais tout ce que j'avais toujours souhaité : j'étais un des Hauts Elfes mages qui enseignaient aux humains les bases de la pratique de la magie, dans leur ville de Dalaran, aujourd'hui dévastée et hostile pour nous, j'avais une femme ... Une merveilleuse femme, c'est peu dire. Je tremble de honte à l'idée d'avoir pu oublier son nom ... Je mène en ce moment des recherches parmi les archives des Réprouvés, sans grand succès, et celles de Lune d'Argent m'ont été fermées au moment même de ma mort. Nous étions heureux, ensembles. Nous possédions une bâtisse dans le pur style elfique, aux couleurs rouges et or, représentant cette lignée dont nous étions si fiers.

Mon enfance, elle, était également belle, sans compter un voile d'ombre à un certain moment. J'avais une petite sœur, elle se nommait Ethoimeth, elle était malheureusement très frêle physiquement, fragile du côté de sa santé et parfois instable, mentalement. Nous nous occupions d'elle, ma mère et moi, mon père étant occupé par ses affaires au sein des Rangers de Lune d'Argent, occupant un poste plutôt important. Ainsi, dans cette petite famille d'une noblesse plutôt honorable - sans être des seigneurs ou ce genre de choses -, tout semblait aller pour le mieux. Jusqu'au jour où nous retrouvâmes ma petite sœur, mon Ethoimeth, inanimée, morte, gelée, et tout ce qui va avec. Elle était morte un sourire aux lèvres... On aurait pu croire qu'elle dormait, si l'on négligeait la blessure qu'elle portait au flanc. Elle avait 20 ans ... La tendre enfance, encore. Jamais nous ne connurent l'auteur de ce crime ... Mais la justice a bien du le rattraper.

Vers ma 60e année, je rencontrais celle qui deviendrait ma femme ... Même sans me souvenir de son nom, je me souviens ses cheveux noirs comme le jais, ses yeux tout autant foncés, son sourire, tout dans sa personne restera éternellement gravé dans ma mémoire. Elle était la fille d'un baron, quelques domaines plus loin. Nous nous sommes rencontrés alors que nous entrions à l'école de magie arcanique de Dalaran, en vue de devenir mages. Dire que nous tombâmes immédiatement sous le charme l'un de l'autre serait mentir, il nous a fallu cinq longues années avant d'oser nous fréquenter plus qu'en de simples camarades de classe ... Mais plus jamais nous ne nous sommes quittés.

Ainsi, nous finîmes nos études. Elle devînt arcaniste dans une section de Dalaran, occupée à des recherches quant a des nouvelles sources de magies, alors que je pris le poste d'enseignant quant à la manipulation de la glace et du givre. 35 Belles années passèrent ainsi. Nous avions choisi dès le début de notre liaison de ne pas avoir d'enfant, nos travails prenant tout notre temps.

C'est aux environs de ma 100e année de vie que ma mère décéda. Je fus ainsi de retour à Lune d'Argent pour ses funérailles ... Une maladie inconnue l'avait emportée après qu'elle eut mangé un bout de pain, c'était pour nos guérisseurs un mystère plus inquiétant qu'intriguant. C'est ainsi que j’arrivai sur les lieux de la très prochaine bataille de Lune d'Argent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glyn
Péon fénéant
Péon fénéant
Glyn

Messages : 20
Date d'inscription : 18/11/2007

MessageSujet: Re: Glyn   Lun 19 Nov - 0:48

Chapitre 3 : La Bataille de Lune d'Argent

J'étais donc arrivé à Lune d'Argent. Nous accomplissions les dernières finissions quand à la tombe de ma mère et aux cérémonies funéraires lorsqu'un elfe de Tranquillien fit irruption dans la ville, en sueur. Il avait l'air d'avoir beaucoup couru, et vite. Il affichait une mine de terreur, et réclamait en criant une audience immédiate avec le Général-Ranger.

C'était la nuit. Je n'avais pas peur, je savais qu'il fallait que je protège à tout prix mon peuple du Fléau, qui nous avait déjà tant fait souffrir. Mais j'étais déchiré entre la volonté d'accepter le sacrifice suprême - celui de ma vie - qui pourrait se produire, et l'amour que je portais a ma bien aimée, si loin de moi déjà... Mais je me résolu : si je voulais qu'elle vive, nous ne devions pas perdre. Arrivé au camp militaire où on rassemblait les Hauts Elfes aptes à se battre. Là, on m'assigna à un régiment. Je devrais paralyser les ennemis pour permettre aux soldats de les retenir plus facilement.

Alors que nous écoutions le discours de la Dame Sylvanas Windrunner, toutes les personnes sentaient leur cœur battre à tout rompre à l'idée de la bataille qui se préparait. Nombre d'entre nous ne reverraient jamais ceux qui leur sont cher ... Mais la guerre est un monstre d'injustice, et nous devrions nous battre contre des vulgaires tas de chair en décomposition... Rien de bien terrible selon certains. Néanmoins, l'agitation devenait plus que palpable. Tous aiguisaient leurs lames, vérifiaient leur bâton ou leur baguette runique. Les dernières finitions de nos premiers pièges étaient mises en places.

J'entrevis mon père, occupé dans sa tente à discuter avec ardeur, surement de stratégie. Un instant, il leva la tête, regardant dans ma direction ... Mais je demeurais comme invisible à ses yeux. Ce geste me frappa plus que tout ... Cherchait il a m'éviter ? Je m’approchais de lui, quand deux soldats me barrèrent la route, m'empêchant d'un air patibulaire de franchir le seuil de la tente. Je pensais le revoir plus tard, j'allais donc vérifier l'état de mon bâton tisse-givre. Mes meilleurs apprentis m'accompagnaient également.

Au lever du jour, le combat faisait rage. Deux de mes apprentis étaient tombés, et je n'arrivais pas à discerner quoi que ce soit d'autre dans cette marée humaine et cadavérique. Nous reculions déjà depuis un bon bout de temps, quand la dame Sylvanas Windrunner ordonna une retraire : Les soldats attendraient derrière les murailles, pendant qu'archers et lanceurs de sorts tenteraient de ralentir et de désépaissir les rangs ennemis à coup de salve et de blizzard. Comme prévu, la muraille fut réduite en miettes. Les soldats, tremblant pour certains, il me semblait même avoir aperçu un elfe âgé tout au plus de la moitié de mon âge, attendaient que les ennemis lancent leur assaut, pendant que mages et archers descendaient se réfugier derrière cette couverture de soldats, commençant à incanter nos plus puissants sorts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glyn
Péon fénéant
Péon fénéant
Glyn

Messages : 20
Date d'inscription : 18/11/2007

MessageSujet: Re: Glyn   Lun 19 Nov - 0:48

Chapitre 4 : L'arrivée du Grand Ennemi

La bataille faisant rage, nous vîmes, et on le vit de loin, plusieurs grandes silhouettes se détacher de l'horizon. Elles approchaient vite, très vite. Quelques minutes avant leur arrivée, un cri retentit : " Des infernales ! Des chevaliers de la mort ! " Pétrifiés de peur, quelques soldats sortirent en courant de rangs et partirent à toutes jambes. En quelques secondes, les rangs bien ordonnés commandés par Sylvanas étaient redevenus ce mélange confus de corps et de démons.

Tournant la tête, je vis mon père et son bataillon aux prises avec deux infernaux ... Il semblait bien s'en sortir, mais j'infligeais tout de même un puissant éclair de givre à l'un des deux infernaux, le faisant vaciller, mon père tourna alors la tête et me sourit. J'étais rassuré, tout se passerait bien. Tournant la tête de l'autre côté, je vis Sylvanas, elle semblait isolée, étrangement isolée. Avec horreur, je vis alors un Chevalier de la Mort plus grand que les autres - J'appris plus tard qu'il s'agissait du Grand Ennemi, Arthas - s'approcher d'elle, épée runique à la main. J'incantais alors mon plus puissant éclair de givre, immédiatement suivit d'un javelot de glace. A peine effleuré, le chevalier se retourna, et d'un geste de la main, créa une sorte d'immense trait de l'ombre qui me percuta de plein fouet.

Je sentis le sang monter dans ma gorge, je m'étouffais déjà avec, quand un autre chevalier de la mort, plus petit cette fois, se penchât vers moi. Tournant la tête dans un dernier effort, je vis mon père me regardant avec horreur, et je lui souris, une dernière fois, avant que l'épée du chevalier ne s'abatte. C'est ainsi que je suis mort. Et le dernier souvenir qu'il me reste en mémoire est le sourire de mon père, pendant la bataille. Je me souviens également de ce que j'ai vu en levant les yeux vers le chevalier : Une grande statue d'une chasseresse du soleil, où aujourd'hui encore je vais me recueillir, tanguant dangereusement, menaçant de s'écrouler. Avant que la vie ne me quitte définitivement, j'entendis le cri de dame Sylvanas Windrunner, transpercée par l'épée du grand chevalier. J'entrais alors dans le Fléau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Glyn   

Revenir en haut Aller en bas
 
Glyn
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Rôle Plaît :: Rôle play :: Histoires vécues-
Sauter vers: